CONACADO, République dominicaine

CONACADO est une union de coopératives de cacao de la République dominicaine qui vendent leur cacao via Fairtrade ainsi que sur d’autres marchés d’exportation.

CONACADO

La République dominicaine se situe au second rang des pays les plus pauvres des Caraïbes, tout juste après Haïti. Alors que le pays compte 9,6 millions d’habitants, plus de quarante-deux pour cent vivent sous le seuil de la pauvreté. On y dénombre près de 40 000 petits producteurs de cacao ce qui en fait une des principales exportations agricoles du pays. Cette activité économique rapporte 60 millions $ par an.

Plus de 10 000 producteurs de cacao font partie de CONACADO, soit 182 associations de petites exploitations agricoles. La taille moyenne d’une ferme est de 4,3 ha (10,6 acres). Les plants de cacao poussent à l’ombre des arbres indigènes ainsi que sous les arbres fruitiers comme le bananier, le citronnier et l’avocatier. Tandis que les fruits de ces arbres sont vendus au marché local, les légumes servent à la consommation familiale.

À ce jour, près de la moitié de la production des membres est vendue à Fairtrade. Les revenus supplémentaires ont été investis dans différents projets : des installations de transformation afin d’améliorer la qualité du cacao; trente agents ont été embauchés afin d’offrir des formations techniques qui visent à augmenter les rendements, à convertir la pratique vers une production agricole et à planter de nouveaux arbres. De plus, des écoles ont été construites et réparées et dorénavant, des bourses d’études sont offertes aux familles les plus pauvres. De même, un nouveau centre des technologies permet aux enfants d’exécuter leurs travaux scolaires et offre à la communauté un accès à Internet. Enfin, à cela s’ajoute des initiatives qui contribuent à l’amélioration de la santé de la communauté soit un centre médical où les examens médicaux sont sans frais et des projets d’assainissement de l’eau.

Ramigia Moya est une veuve de 68 ans et cultivatrice de cacao. Sa fille ainsi que son gendre travaillent avec elle sur sa ferme. Depuis qu’elle possède un robinet à l’extérieur de sa maison, elle a accès à de l’eau de source et peut donc effectuer la lessive et d’autres tâches ménagères.

Mariano Manzuela est un cultivateur de cacao âgé de 64 ans. Lui, son épouse et ses 11 enfants sont parmi les familles de cultivateurs les plus pauvres de leur communauté. Des projets réalisés grâce à la prime Fairtrade ont permis à Mariano Manzuela ainsi qu’à sa famille d’obtenir un prêt servant à la réparation et à l’agrandissement de leur maison et de recevoir des bourses scolaires pour ses enfants servant à défrayer des coûts d’examen et à payer les fournitures scolaires. De plus, on a construit une nouvelle salle de classe à l’école élémentaire que fréquente son fils cadet. Quatre de ses enfants fréquentent toujours l’école et il souhaite bien les voir poursuivre leur éducation. Ce qui ne fut pas le cas de sa fille aînée qui a dû céder sa place à l’université compte tenu des frais trop élevés.