Ballons de sports

La couture des ballons de sports est une activité économique importante pour les travailleurs de la Chine, de l’Indonésie et tout particulièrement pour ceux du Pakistan, car c’est dans la région de Sialkot, située au nord du Pakistan, que sont cousus 75 % de l’ensemble des ballons de soccer.

ball workerLes travailleurs cousent méticuleusement à la main les ballons et sont souvent payés en fonction du nombre de pièces cousues. Résultat : les travailleurs travaillent de longues heures, et ce sans pour autant recevoir le salaire minimum légal. La quasi-totalité des travailleurs est des femmes qui doivent souvent affronter la discrimination ainsi que des enfants qui travaillent afin d’augmenter leur revenu familial.

Une étude publiée en 1996 par l’Organisation internationale du travail (OIT) stipulait que plus de 7 000 enfants âgés de 5 à 14 ans travaillaient à temps plein – soit près de 11hueres par jour – à coudre des ballons, et ce simplement dans la région de Sialkot. Ce nombre ne tenait pas compte des enfants travaillant à temps partiel ni de ceux pouvant travailler dans d’autres régions.

Les normes Fairtrade, incluant le prix minimum Fairtrade ainsi que la prime Fairtrade, ciblent les défis auxquels font face les assembleurs de ballons de sports. Heureusement, les travailleurs ainsi que leurs communautés connaissent une amélioration de leurs conditions depuis que l’on interdit le travail des enfants et que les salaires gagnés équivalent de façon minimale au salaire minimum national.

La certification Fairtrade exige que les travailleurs mettent en place un comité de la prime Fairtrade composé de gestionnaires, d’ouvriers d’usine et de représentants d’assembleurs de ballons. C’est ce comité qui reçoit la prime Fairtrade et il se doit de consulter ceux qu’il représente afin de voir de quelles façons l’argent reçu sera investi. Ils pourront choisir d’investir entre autres dans les services offerts aux agriculteurs, dans des projets communautaires, dans les écoles et dans le système de santé.