L’ASSOCIATION DES AGRICULTEURS DE VANILLE MUBUKU MORINGA, Ouganda

L’Association des agriculteurs de vanille Mubuku Moringa (MMVFA) est une organisation qui regroupe 14 coopératives de producteurs de vanille et qui est située à l’ouest de l’Ouganda.

L’Association des agriculteurs de vanille Mubuku Moringa 

On trouve l’Association des agriculteurs de vanille Mubuku Moringa (MMVFA) dans la région de Rwenzori située à  l’ouest de l’Ouganda, soit à la frontière du Rwanda et de la République démocratique du Congo. La géographie de la région est essentiellement montagneuse et ses sommets atteignent entre 700 m et 2 500 m d’altitude. On y trouve un sol volcanique et un haut taux d’humidité, ce qui en fait un lieu propice à la production d’une vanille de la plus haute qualité.

Bien que la région soit favorable à la production agricole, les niveaux de vie qu’on y trouve sont en deçà de ceux des autres parties du pays (notamment le centre et le sud). La région possède un réseau routier en mauvais état, manque d’eau potable, a peu d’infrastructure scolaire et ses centres médicaux sont mal équipés. 

Lorsque nous recevons le prix Fairtrade pour notre vanille, nous recevons l’ensemble de la somme pour notre travail et c’est nous qui contrôlons de quelles façons elle sera utilisée.

Joseph Mbusa

Président de l’Association des agriculteurs de vanille Mubuku Moringa 

Contexte et organisation

Huit coopératives se sont associées en 2005 afin d’appuyer les nombreux agriculteurs de la région, à la suite de l’effondrement des marchés mondiaux de vanille en 2001. C’est ainsi que MMVFA fut fondée. L’association a reçu l’appui du domaine Ndali, un transformateur et commerçant certifié Fairtrade de la région qui aide les agriculteurs dans l’amélioration de la quantité et la qualité de leur production, dans le renforcement de leur offre et dans l’identification de meilleurs marchés pour leurs produits.

MMVFA a continué de croître au fil des ans et aujourd’hui elle compte 14 coopératives, rejoint plus de 1 255 membres et opère sur une superficie de près de 3 000 hectares. Les membres de l’association sont de petits exploitants qui possèdent en moyenne 1,6 ha de terre sur laquelle ils font pousser de la vanille verte et fendue aux côtés de cultures commerciales telles la banane, le café, les haricots, le maïs et le manioc. La vanille est une culture qui emploie une main-d’œuvre abondante et les membres impliquent grandement leurs familles dans les activités de production.

Production et ventes

Les membres de MMVFA produisent environ 66 600 kg de vanille et de cette quantité, le deux tiers sont certifiés biologiques.  

La production se vend entièrement au domaine Ndali et donc localement. Sur place, les produits sont transformés et par la suite exportés vers l’Europe et les États-Unis où ils entrent dans la fabrication de plusieurs produits, incluant le crème glacée Ben & Jerry.

Fairtrade

MMVFA a obtenu sa certification Fairtrade en 2005 grâce à l’appui du domaine Ndali qui, par la mise en place d’une collecte de fonds, a financé le coût de la certification. L’organisation a vu ses ventes provenant de produits certifiés Fairtrade augmenter grandement au cours des ans : en 2005, elles comptaient pour moins de 7 000 kg et aujourd’hui, elles atteignent 66 600 kg (pour l’ensemble de la production de vanille). C’est l’expansion continue de la production de vanille certifiée biologique qui a permis à MMVFA d’augmenter ses ventes Fairtrade. Celles-ci comptent dorénavant pour les deux tiers de la totalité des ventes.

Pour les ventes Fairtrade, MMVFA reçoit le prix minimum Fairtrade de 5,10 $ US par kilo de vanille conventionnelle puis 5,60 $ US par kilo de vanille biologique. À cela s’ajoute la prime Fairtrade de 0,50 $ US par kilo qui peut être investi dans la communauté et dans le développement de projets d’infrastructures, dans des projets éducatifs et dans le renforcement des capacités des agriculteurs. On distribue la prime parmi les 14 coopératives en fonction de leurs ventes et des projets qu’ils souhaitent entreprendre. Un comité des primes est élu et son rôle est de fournir des orientations quant aux façons d’utiliser ces fonds.

La prime Fairtrade et les projets réalisés 

L’organisation investit une part importante de la prime dans des projets éducatifs. En 2008, MMVFA a financé la construction d’un toit d’une salle d’examen d’une école communautaire secondaire, soit la Maliba Secondary School, située dans le district de Kasese. Grâce à cet investissement, lorsque vient le temps des examens, les étudiants n’ont plus à marcher jusqu’à une autre école. De plus, puisque la qualité des écoles gouvernementales de la région est plutôt basse, les agriculteurs de la coopérative Balimi ont choisi de payer à l’aide d’une partie des sommes provenant de la prime des frais de scolarité d’établissements privés. Enfin, MMVFA a investi une partie de la prime dans l’achat d’une parcelle de terrain de 6 ha afin d’y construire au cours de la prochaine décennie un pensionnat et des bureaux.

Par ailleurs, MMVFA alloue une partie de la prime Fairtrade à des initiatives sociales et économiques destinées à ses membres ainsi qu’au renforcement de leurs capacités. À cet égard, l’organisation offre des formations en production agricole et cherche à outiller les agriculteurs en leur transmettant des compétences en agriculture moderne ainsi que dans l’utilisation optimale des terres. Les membres sont également formés en administration et acquièrent des aptitudes en marketing et en technologies de l’information.

L’organisation appuie également les projets communautaires et d’infrastructures. Grâce à la prime, la coopérative Karugutu a mis en place un dispensaire et prévoit la construction d’une clinique. À cela s’ajoute un projet d’apiculture mené par la coopérative Izahura Bumate. Même s’il ne s’agit que d’un projet pilote, cette initiative a un grand potentiel, car, comme nous le savons, les abeilles sont essentielles à la pollinisation des gousses de vanille. D’autres projets concernent l’achat d’un moulin à maïs et d’une motocyclette ainsi que la construction d’un petit bureau servant également de magasin pour vendre la vanille. MMVFA a aussi choisi d’allouer une part de la prime au soutien de l’organisation. La prime a rendu possible l’achat d’un ordinateur et d’une imprimante pour le bureau de MMVFA et des fichiers d’enregistrements ont été achetés afin d’aider l’organisation communautaire à s’inscrire au registre du commerce en tant que coopérative.

Enfin, une partie de la prime reçue a servi à établir un fond de prêts renouvelables permettant d’offrir aux membres des micros-prêts. De la même façon, le titre de la parcelle de terrain susmentionné est utilisé comme garantie afin que les membres puissent effectuer des prêts chez les institutions bancaires.