DÉCLARATION DE FAIRTRADE CANADA SUR L’ANTIRACISME

Chez Fairtrade Canada, la justice sociale, c’est notre combat. Mais le combat est vaste et comporte une MULTITUDE d’angles. L’antiracisme n’est pas notre spécialité. C’est là que les vrais experts entrent en jeu. Parfois, le mieux que l’on puisse faire est d’écouter et de laisser l’espace aux autres.

C’est ce que je pensais il y a trois semaines.

Ces dernières semaines, tout en suivant l’actualité, en lisant, en se renseignant, en écoutant ou en se manifestant, notre équipe se partageait des ressources, remettant en question nos propres idées reçues.

Je n’arrêtais pas de penser : « En fait, cela fait partie de notre travail de tous les jours dans le commerce équitable ». Nous sommes maintenant prêts à reprendre la discussion. Ce n’est plus le moment de se taire. 

Alors que nous rassemblions des balados, des films ou des livres qui nous avaient aidés dans notre parcours antiraciste personnel, j’ai souhaité partager avec mon équipe les paroles de Renwick Rose. Il est le fondateur de la Windward Island Farmer Association (WINFA) et un militant politique. Il a participé à l’indépendance de Saint-Vincent vis-à-vis du Royaume-Uni. Renwick a joué un rôle déterminant dans les balbutiements des premières bananes équitables Fairtrade. Au début de ma carrière, lorsque j’ai commencé à travailler avec les communautés de fermier-ères, Renwick a été un mentor pour moi. J’ai beaucoup appris de lui. Il transformait ce que j’avais appris dans des livres en actions concrètes, réalisables. Il arrivait à relier la théorie politique des Caraïbes, les enjeux de la justice commerciale et la solidarité entre les communautés du Sud. Le commerce le plus injuste de tous a été celui des Africains réduits à l’esclavage. Ses travaux les plus récents portent d’ailleurs sur les demandes de réparation. Ses paroles m’ont aidé à concevoir le commerce équitable comme un acte politique, et dans les Caraïbes du moins, Fairtrade est directement lié à un combat politique et historique en faveur de la justice raciale. Vous pouvez entendre le témoignage de Renwick dans la vidéo que je partage ici.

Le racisme est une des causes fondamentales de l’inégalité commerciale. Que ce soit les cueilleur-ses de feuilles de thé de l’Assam, les travailleur-ses du secteur de la banane en Colombie, les cultivateurs-rices de cacao en Côte d’Ivoire ou de canne à sucre en Jamaïque, il n’est pas difficile de comprendre comment un passé de racisme et d’injustice a créé les relations commerciales injustes que nous avons aujourd’hui. Remettre le commerce mondial à l’endroit, avec humanité, respect et justice, n’est pas seulement une démarche commerciale. C’est un acte politique.

Nous continuerons à nous former, à apprendre et à désapprendre, à écouter, à manifester. Nous serons aux côtés de celles et ceux qui luttent contre la brutalité policière ici en Amérique du Nord, nous ajouterons notre voix pour dénoncer le racisme systémique dans nos institutions canadiennes. Nous ferons plus de place aux communautés Noires dans notre mouvement. Mais surtout, nous continuerons à nous battre pour l’équité, l’égalité et la justice dans le secteur commercial. Et ce, tous les jours.  

Solidairement,

Julie Francoeur, directrice générale, Fairtrade Canada

Restez en contact

Faite partie du changement

Suivez-nous

Rencontrez d’autres commerçantes et commerçants équitables, participez à des offres cadeaux et apprenez-en davantage sur la justice commerciale sur nos réseaux sociaux 

Inscrivez-vous pour recevoir nos nouvelles

Recevez les dernières nouvelles fairtrade directement dans votre boîte de réception.

Communiquez avec nous

Vous avez une question ou vous voulez en savoir plus sur le commerce équitable ?